chronique

Concert d'Angelina Wismes

Août 2015

Bonjour à toutes et à tous,
Peut-être que certains d’entre vous ne connaissent pas encore la bombe atomique dont la photo illustre avec bonheur ma nouvelle chronique. Oui, elle est canon, mais ce n’est pas une raison pour rester scotchés sur l’image, sans lire la suite de mes phrases ! Bon, ça y est, vous êtes remis de vos émotions ? Donc, cette superbe fille s’appelle Angelina Wismes, elle est une des grandes révélations de l’émission The Voice de 2013 et elle vient de sortir un album « Hommage à Barbara » qui rencontre un vif succès. A l’invitation de l’association Art et Culture de Carnac, elle a donné deux concerts à la salle du Ménec et je vous assure que sa voix magnifique, ses talents de pianiste, sa grâce et la sensibilité qui donne vie à ses chansons ont enthousiasmé le public. Je n’exagère pas, j’y étais ! Quand les gens sont debout, applaudissent à tout rompre, crient bravo et réclament trois rappels, c’est bien qu’ils sont émerveillés ! Merci à ceux qui murmurent « oui, c’est vrai » ! Bon, alors puisque vous partagez mon avis, je vous encourage vivement à acheter son album, je vous promets que vous ne le regretterez pas. Et la prochaine fois qu’elle vient chanter dans le coin (c’est une expression, elle est soit derrière son piano, soit au milieu de la scène lorsque le très talentueux Fred Perréard l’accompagne !) sortez de chez vous, prenez votre voiture, votre vélo, vos rollers, votre patinette, appelez un taxi ou enfilez vos chaussures de marche, peu importe, mais venez, car comme dirait Fabrice Luchini, c’est énorme ! Mais non, pas Angelina, elle est mince, c’est l’émotion que vous allez ressentir qui sera énorme ! Ah, un conseil, même si la salle est chauffée, ce qui le plus souvent est le cas, sauf en été bien sûr, prenez une petite laine car vous risquez d’avoir des frissons… de plaisir et la chair de poule pendant deux heures ! En tout cas, je suis ravi d’avoir participé à l’organisation de ces deux concerts et je remercie une fois encore Angelina pour le bonheur qu’elle a donné au public ainsi que son producteur, Didier Contant, pour sa gentillesse et son humour. Maintenant, il est temps que je fasse ma propre promo. Mon deuxième roman vient d’être publié, il a pour titre « A la recherche des filles perdues » et, contrairement au premier dont l’univers érotique a fortement déplu à ma mère, celui-ci est très soft. Voici le petit résumé qui est en quatrième de couverture : « Paul, dentiste à Auray, épouse Caroline, la plus ravissante de ses patientes. A la suite d’un événement troublant, il se met en tête de partir à la recherche de ses anciennes conquêtes. Que sont-elles devenues ? » Ne comptez pas sur moi pour vous le dire ! Le livre est disponible à la librairie-papèterie du bourg de Carnac, ou bien directement dans mon bureau à l’arrière de la maison. Passez par le jardin, toquez à la porte, mais je vous conseille de ne pas entrer, l’atmosphère un tantinet enfumée de cette pièce risquerait fort de vous incommoder ! A part ça, j’ai une petite idée pour des paroles de chanson, un peu dans l’esprit de celle d’Alain Barrière « Tout s’en va déjà ». Le thème peut se résumer par : J’aime les « avant » encore plus que les « pendant », l’attente des jours heureux plus que les bonheurs qui se vivent, car dès que tout commence tout est déjà fini. Vous en saurez davantage quand la chanson sera déposée à la Sacem ! J’espère que vous passez un bel été, bonnes vacances à ceux qui y sont ou qui vont l’être et bon courage à ceux qui travaillent. Je vous donne rendez-vous à la prochaine chronique, qui comme d’habitude, débarquera sur mon site lorsque mon envie enverra mes doigts pianoter maladroitement sur le clavier de mon ordi. Bien amicalement. Jean-Louis.